De nouvelles recherches suggèrent aujourd’hui qu’une partie de la planète Vénus serait possiblement l’hôte de vie extraterrestre. Absurde pensez-vous ? Explications…

Avec des températures de surface supérieures à 860 degrés, et des pressions atmosphériques 100 fois plus écrasantes que celles présentes sur Terre, les conditions de vie sur Vénus sont indéniablement impossible.

De ce fait, penser qu’une vie puisse accroître sur la planète semble inimaginable. Pourtant, une partie de la planète pourrait être l’hôte d’un habitat parfaitement viable, et ainsi abriter une forme de vie primitive. Son atmosphère…

Vénus, une atmosphère acide, hôte de vie

En effet, aujourd’hui, après de nouvelles recherches, des experts ont déclaré qu’à la vue de son atmosphère très acide, Vénus pourrait être un endroit viable pour des microbes extraterrestres.

Cette conclusion a été tirée après que les chercheurs aient découvert dans notre propre atmosphère, une vie microbienne. La mise à jour d’autres microbes, prospérant dans certaines cavernes souterraines, en milieu acide, a également aidé les experts.

Chimiste biologique, Rakesh Mogul déclare : « Sur Terre, nous savons que la vie peut prospérer dans des conditions très acides. Elle se nourrit de dioxyde de carbone, et produit de l’acide sulfurique. Pourquoi Vénus ne pourrait-elle pas faire de même ? ».

Aujourd’hui, une question demeure. La vie microbienne extraterrestre sur Vénus est-elle un fait ou un mythe ? Affaire à suivre…

Source : EarthSky.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Une araignée à queue découverte en Birmanie

Les scientifiques ont dernièrement mis à jour une toute nouvelle espèce d’araignée…

Un requin-lézard préhistorique capturé au Portugal

Considéré comme un véritable «fossile vivant», un requin-lézard préhistorique, âgé de 80 millions…

Une momie inconnue découverte près de Louxor

Les archéologues ont récemment mis à jour une momie non identifiée dans une…

L’australopithèque de 3,67 millions d’années enfin exposé

Âgé de 3,67 millions d’années, Little Foot, l’australopithèque découvert il y a 20…