Une nouvelle étude, récemment menée, vient suggérer que nos cellules continueraient de vivre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, après notre mort…

Surnommé « Twilight of Death », ce processus ne vous semble peut-être pas commun, et pourtant. Cette activité cellulaire post-décès, indique que la mort serait en réalité un processus d’arrêt progressif et non un arrêt immédiat. C’est du moins ce qu’affirme une récente étude.

Dans cette étude, publiée dans la revue Open Biology, les chercheurs ont constaté que de nombreuses cellules, en particulier les cellules souches, survivent plusieurs semaines après la mort d’un individu. Dans certains cas, l’activité cellulaire a été vu à la hausse.

Des cellules souches survivent après notre mort

Mais ce n’est pas tout. Un processus connu sous le nom de transport de gènes, qui est un comportement cellulaire associé au stress et à l’inflammation, a également été vu en pleine expansion après la mort du sujet.

Aujourd’hui, les résultats de cette recherche ont une importance capitale pour la science. En effet, dans un avenir, ils pourraient venir changer la méthode de traitements de certains patients, la transplantation des organes, mais aussi rallonger la vie.

« Lorsque nous mourrons, toutes nos cellules ne meurent pas instantanément », a déclaré l’auteur de la recherche, Peter Noble. « Chaque cellule possède sa propre durée de vie ».

Source : Medical Daily

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Un volcan dévastateur pourrait éclater ce siècle

Les scientifiques ont récemment déclaré qu’un volcan dévastateur pourrait entrer en éruption dans un…

Le projet Blue Beam, une soucieuse réalité ?

En effectuant une petite recherche sur internet, je me suis penché un…

Les incroyables mystères de la foudre

La foudre est la puissance électrique la plus forte que nous connaissons, ce tueur céleste est…

Légende Urbaine : Le tueur sur le siège arrière

Lyon en France, au cours de l’année 1994, à 5 heures du…