Accueil / Mystères / Le mystère du triangle des Bermudes percé par un scientifique
Le mystère du triangle des Bermudes percé par un scientifique

Le mystère du triangle des Bermudes percé par un scientifique

Un scientifique a récemment révélé avoir percé le mystère qui entoure le triangle des Bermudes depuis de nombreuses décennies, et son explication est loin d’être paranormale…

Depuis de nombreuses années, le triangle des Bermudes intrigue et fascine de par ces étranges disparitions. Située entre l’archipel des Bermudes, Miami et San Juan à Porto Rico, cette zone géographique triangulaire et imaginaire de l’océan Atlantique, demeure une véritable énigme, et pour cause.

Depuis des décennies, la région est devenue le théâtre de disparitions inexpliquées, de navires et d’avions. Comme si cela ne suffisait pas, dans la plupart des cas, aucune trace des appareils ni de leurs équipages, n’a été retrouvée.

Le mystère du triangle des Bermudes élucidé ?

Aujourd’hui, le scientifique australien Karl Kruszelnicki, après de nombreuses recherches, pense avoir percer le mystère. L’homme déclare qu’en réalité l’explication est beaucoup plus simple que celle attendue. Ce dernier suggère que toutes les disparitions dans ce triangle ne sont pas liées à un phénomène paranormal, mais bien à de simples erreurs humaines, mais aussi au pourcentage d’accident. Il s’explique :

« Selon Lloyds de Londres et la garde côtière des États-Unis, le pourcentage d’avions qui disparaît dans le Triangle des Bermudes est le même partout à travers le monde », a-t-il déclaré. « Ceci s’explique par le simple fait que cette zone se trouve proche de l’équateur, près d’une partie riche du monde, en Amérique, où le trafic est intense. Ainsi, plus d’avions et de bateaux il y a, plus nombreux sont les accidents, c’est parfaitement logique. Donc, proportionnellement au reste du monde, les disparitions dans le triangle n’y sont pas plus importantes, ni plus mystérieuses ».

Bien que ce scientifique pense avoir percer le mystère en évoquant de simples erreurs humaines, une question se pose. Devons-nous véritablement lier tous ces incidents à un pourcentage, ainsi qu’à ces erreurs ? Cela est moins sûr… Qu’en pensez-vous ?

Source : New Zealand Herald

 

Dans la même catégorie

Mont Dalhousie : le mystère des noms gravés s'épaissit

Mont Dalhousie : le mystère des noms gravés s’épaissit

Une série de noms, vieille de 100 ans, et gravées dans les roches du Mont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *