Grâce à ce documentaire, nous allons peut-être enfin connaitre la véritable identité d’un assassin. Qui était Jack l’Éventreur ?

Ce nom ou plutôt ce surnom, évoque le piège, le sang, l’acharnement sadique contre des femmes sans défenses.

Jack l’Éventreur n’aurait fait que cinq victimes, mais il doit sa célébrité à la sauvagerie de ces corps dépecés et lacérés, installés dans des mises en scène monstrueuses.

Il faut dépasser ces visions macabres et s’attaquer à l’énigme, or aujourd’hui, une jeune Française prétend l’avoir résolu. Selon elle, la clé se trouve dans les ressorts cachés du système mise en place sous la reine Victoria.

Voici une découverte sidérante qui remet en cause tout ce que nous croyons savoir sur Jack l’Éventreur !

L’origine de Jack l’Éventreur

Le 31 août 1888 sur Chadwell à Londres, le feu vient de prendre dans trois entrepôts de la compagnie des Indes, en ce temps-là, Chadwell est le Londres des pauvres. La nature des produits très inflammables stockés complique le travail des pompiers, l’incendie se forme alors en un immense brasier.

Alors que l’incendie fait rage, à moins d’un kilomètre de là dans le quartier de Whitechapel, deux hommes se rendent à leur travail et doivent passer par une ruelle sombre. C’est là que dans la pénombre, les deux hommes découvrent un corps, celui d’une femme dont les vêtements sont imprégnés de sang. Les deux hommes alertent alors la police et c’est ainsi qu’est découvert le cadavre de Mary Ann Nichols, première victime de Jack l’Éventreur. Ce premier meurtre marque alors le début de dix semaines de règne de terreur dans le quartier de Whitechapel.

La police transporte le corps de Mary Ann Nichols à la morgue. Le médecin légiste découvre que le meurtrier a d’abord étranglé sa victime puis s’est acharné sur son cadavre, la femme a été lardée de coups de couteau.

La barbarie du crime dépasse l’entendement et attise la curiosité de la foule. Dès le lendemain dans la rue et les pubs du quartier, tout le monde parle du meurtre sauvage de Mary Ann Nichols.

La police recueille des indices et interroge des témoins qui auraient vu Mary Ann Nichols ce soir-là. Elle interpelle aussi des suspects potentiels, des hommes qui pourraient avoir le profil, mais les pistes ne mènent à rien et l’enquête piétine.

Le jour des funérailles de Mary Ann Nichols un autre meurtre ensanglante Whitechapel, sur Hanbury Street on retrouve le corps d’Annie Chapman, elle aussi égorgée, éventrée, mais cette fois le tueur est allé encore plus loin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Akiane Kramarik, peintre au service du paradis

Akiane Kramarik, jeune peintre prodige, est venue au monde dans l’Illinois aux États-Unis en 1994, d’une…

Une “Croix celtique” photographiée sur Mars

Il y a quelques jours, un mystérieux motif en forme de croix,…

Enquête sur le “Da Vinci Code” de Dan Brown

Des millions d’exemplaires vendus à travers le monde, des débats passionnés, des…