Selon des dernières découvertes, la guérison surhumaine pourrait être un jour possible grâce à la découverte d’un gène appelé «fontaine de jouvence ».

Les personnages de science-fiction ainsi que de dessin-animé, tels que Wolverine des X -Men ou Claire Bennet dans Heroes, ont souvent été représentés avec la capacité surhumaine de guérir leurs blessures, même les plus graves, presque instantanément. Mais dans quelle mesure cette étrange capacité pourrait être possible dans notre monde réel ?

Le gène “fontaine de jouvence”

Aujourd’hui, des scientifiques croient avoir fait un pas de plus vers une réalité grâce à la découverte d’un gène particulier surnommée la “fontaine de jouvence”. Une fois activé, ce gène a la capacité de faciliter la guérison rapide et même la régénération des membres chez une souris. Les chercheurs estiment que le gène pourrait permettre de faire la même chose chez les humains.

La découverte fortuite de ce gène semble réguler l’auto-renouvellement des cellules souches et pourrait être, selon les chercheurs, activé soit par manipulation génétique soit par une combinaison de médicaments.

“Cela ressemble à de la science -fiction, mais Lin28a pourrait faire partie d’un cocktail de guérison qui donne la capacité aux humains de guérir en n’importe quelle circonstance», a déclaré George Daley, chercheur à l’Hôpital pour enfants de Boston qui a fait cette découverte en menant des recherches sur le cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Découverte d’Ephedra foeminea, la plante “loup garou”

La première plante “loup garou” au monde a récemment été découverte par…

Marquise De Dai, une momie de chair et d’os

Des chairs quasiment intactes, un corps d’une incroyable souplesse et un mystérieux…

Spartacus, au-delà du mythe

Le nom de Spartacus est entré dans la légende, c’est le gladiateur…

La fin du monde dessinée par l’illustrateur Steve McGhee

Certaines peintures, par leurs réalismes, peuvent parfois mètrent mal à l’aise et…