Rien ne semblait pouvoir ébranler une imposante bâtisse de briques rouges située au cœur d’une petite ville de l’Ohio aux Etats-Unis, et pourtant. Il y a tous justes 30 ans, une tragédie peu ordinaire marque à tout jamais les murs et les esprits de cet asile.

Cette étrange et terrible histoire se déroule à Athens dans l’Ohio. C’est dans cette tranquille ville universitaire que se trouve un ancien hôpital psychiatrique qui a beaucoup fait parler de lui, le Ridges.

Cet asile a ouvert ses portes dans les années 1870, et possédait 544 chambres et a hébergé près de 2000 patients. On y traitait toutes sortes de pathologies, telles que les malades mentaux, mais aussi des gens atteints de tuberculose, ou encore des femmes atteintes de dépression nerveuse.

Mais très vite, l’asile va souffrir d’une sinistre réputation, et pour cause. Dans les années 30, des lobotomies étaient pratiquées sur les patients de l’asile, leurs méthodes étaient assez effrayantes. Ils utilisaient des seringues géantes qu’ils enfonçaient à travers le globe oculaire vers une partie du cerveau, qui selon les docteurs, pouvaient contrôler le comportement. Ces pratiques extrêmes et l’environnement très austère de l’asile, fascine et effraie les habitants d’Athens. Ce bâtiment est à la fois immense et très impressionnant, c’est sans doute la raison pour laquelle beaucoup de gens sont effrayés par celui-ci, et certains étudiants rapportent même qu’il serait hanté.

Finalement, les histoires les plus effrayantes commencent à circuler tout autour de l’établissement, et la plus célèbre est sans doute celle d’une jeune pensionnaire de l’asile, Margaret Schilling.

Margaret Schilling et l’asile d’Athens

Tâche à l'asile
Tâche à l’asile

Lors de son internement à l’asile, Margaret avait pour habitude de s’échapper un peu partout dans le bâtiment. Un jour, alors qu’elle faisait une nouvelle escapade, elle a disparu pour de bon, et c’est à ce moment que le personnel est parti à sa recherche. Pendant de longues semaines, la malheureuse est portée disparue jusqu’à ce jour de janvier 1979 où Margaret fut retrouvée, morte, gisante sur le sol. Certains pensent qu’elle était malade et qu’elle est décédée suite à une crise cardiaque.

Lors du déplacement de son cadavre vers la morgue, les infirmiers présents sur les lieux constatent un très étrange phénomène. À l’emplacement même où gisait son corps, une tâche a été retrouvée sur le sol, une tâche qui dessine parfaitement le corps de la défunte et complètement incrustée dans la pierre. À plusieurs reprises, et en utilisant plusieurs procédés, on essaye d’effacer cette tache mais en vain. Aujourd’hui encore, cette incroyable silhouette continue de maculer le sol de cette pièce. Est-il possible d’expliquer un tel phénomène ?

Pour beaucoup, cette tâche est la preuve formelle que l’âme de Margaret n’a toujours pas quitté les lieux, et continue de hanté l’asile. Alors Margaret Schilling continuerait-elle de hanter les lieux ? Si vous passez un jour par Athens, n’espérez pas vous rendre à la rencontre de cette mystérieuse tâche, la pièce est dorénavant fermée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

SPOOKED : The Ghosts Of Waverly Hills Sanatorium [VOSTFR/French]

Le sanatorium de Waverly Hills à Louisville, dans le Kentucky, a été…

Un stupéfiant fantôme filmé aux États-Unis

Capturé par une caméra de sécurité au domicile de la famille Hernandez,…

Les fantômes de la plantation Myrtles en Louisiane

Construit en 1796 par le général David Bradford, cette ancienne maison de…

VIDEO : Le Shanley Hôtel de New York hanté par un chat

Le Shanley Hôtel, ancien bordel, a aujourd’hui la réputation d’être un lieu…